black_swan_340_large

une bouffonne, un rat d'égout, elle se vante, parle fort, sonne faux.  elle est sur ton piedestlale et pue la suffisance. Toi tu es devenue une caricature, un pitre, une version avariée de la première fois qu'on s'est souri. Et cette scène salie passe et repasse dans ma tête, comme une fiction, un rêve noir. Un truc sans plus aucune importance mais qui continue de me poignarder bêtement.
Et moi. Je ne suis plus rien. un désert un champ de rien. J'ai écouté des vieilles chansons qui disent qu'un chagrin d'amour c'est une histoire d'amour qui y croit encore un peu. j'ai lu des livres qui parlent de personnes qui disparaissent. je dors peu et pourtant je suis peu éveillée. C'est dur de contenir autant de néant.  Nier qu'on a eu tort, rester les bras las. Tu ne m'aimes plus donc je ne t'ai jamais aimé, je suis passée de cet amour malsain à cette haine malsaine, c'est presque pareil, ça se mélange dans mes cheveux assombris pour l'occasion.