Les lumières du parking s’éteignent sur ta pauvre silhouette et ça te coupe le souffle,tu te sens bien.  Tu n’as plus peur de rien mais tout te rend encore triste. Le paradoxe est parfait, net.

C’est un quartier coquet d’un matin d’août, le soleil brille trop fort et  les jardins sont entretenus comme des reines de beauté, les fleurs d’hortensia.  tu imagines le tuyau d’arrosage au fond de la piscine, les verres de limonade, les pieds verdis par l’herbe. La vie des autres. et la tienne qui prend un virage aux airs de diablerie douce, qui entrecroise tes souvenirs et tes futurs souvenirs , c’est inévitable, tu le sens.

Je pleure si rarement que c’est presqu’une surprise. Ces deux perles sous mes yeux sont pour toi, mon phare éteint. Fillette espiègle qui montre du doigt, qui appuie sur ses bleus, qui déjoue les plans, transforme l’exigé en déguisé . tu crois quand même pas que je suis une adulte pour de vrai, que je vais couper cette crinière. Robe rouge. J’aimerais faire s’envoler ce train qui m’emmènera vers toi. Car tu diras oui. Tes yeux diront oui.

photography | Tumblr